Now Reading:

Destination Londres pour l’anniversaire du Wireless Festival

Destination Londres pour l’anniversaire du Wireless Festival

10 ans que le Wireless Festival fait vibrer Londres chaque été. Cette année l’évènement fêtait ses son anniversaire en organisant plusieurs concerts au Finsbury Park une semaine avant le vrai festival.

Aux influences américaines très marquées, le Wireless Festival est le rendez vous annuel pour les amateurs de hip-hop et de pop. Après s’être développé pendant la dernière décennie à Birmingham et Londres, le festival tenait à marquer son anniversaire par un évènement unique.

Une soirée qui s’annonçait exceptionnelle

Cet évènement proposait donc un line-up imposant : Drake, Rita Ora ou encore Chance the Rapper accompagné de plus petits artistes comme ILOVEMAKONNEN, Big Sean et le groupe londonien Boy Better Know. Malgré quelques similarités avec le line-up du festival qui a eu lieu la semaine suivante, la programmation de la journée était tout de même attrayante.

Le Wireless 10th Birthday Party avait donc tout pour plaire et attirer le maximum de monde. Malheureusement les organisateurs ont du faire face aux mauvaises ventes des billets et ont ainsi à deux reprises bradé leurs billets à moitié prix. Il faut dire que l’évènement avait lieu un dimanche et qu’une semaine après c’était le vrai festival qui avait lieu avec trois fois plus de noms annoncés. À cela s’ajoutait l’annulation de dernière minute de Big Sean qui s’est vu obligé de se rendre à la cérémonie des BET Awards à laquelle il était convié le même jour…

Ces différents facteurs ne pouvaient en aucun cas influer sur l’ambiance globale de la soirée qui s’annonçait mémorable avec une performance spéciale de Drake dans le cadre de son Jungle Tour et la présence plus que probable de special guests.

ILOVEMAKONNEN ambiance les festivaliers

En début d’après midi c’est Makonnen Sheran, plus connu sous le nom de ILOVEMAKONNEN qui offre aux festivaliers d’un jour une performance courte mais percutante. Après s’être fait repéré par Drake l’année dernière et avoir eu l’occasion d’enregistrer un morceau avec ce dernier, Makonnen a vu sa carrière décoller. Programmé dans de nombreux festivals à travers l’Europe et les États-Unis, le rappeur d’Atlanta séduit.

En seulement 20 minutes de set, Makonnen nous offre une palette de ses différents morceaux connus ou non. Le premier titre interprété sera par exemple « Man Of The Party« , issu de son avant dernière mixtape. Évidemment on n’échappe pas à « Tuesday »devenu un hymne depuis le remix de Drake. Joyeusement, le jeune homme saute et filme la foule pour alimenter sa story Snapchat. Makonnen est drôle et attachant. On le quitte avec son dernier succès : « Whip It » réalisé en featuring avec Migos.

ILOVEMAKONNEN wireless 10th birthday party

Le Wireless Festival convie Rita Ora et Chance the Rapper

Pendant ce temps sur la Main Stage, les concerts se défilent. Après une performance énergique sous le soleil de G-Eazy, c’est à Rita Ora de se présenter aux londoniens. L’année dernière, à quelques jour près, elle performait sur la même scène aux côté d’Iggy Azalea en tant qu’invité exclusive pour la chanson « Black Widow ». Aujourd’hui c’est elle qui a les commandes en main et il faut dire que c’est une réussite. Le public est au rendez-vous, ses tubes pop qui ont rythmé les derniers mois se suivent : « Doing It », « Hot Right Now », « R.I.P »… La chanteuse reprend même « Jump » de Rihanna, une artiste à qui on l’associe souvent du fait de leurs apparences physiques similaires. On assiste aussi entre-temps au concert de Chance the Rapper qui s’est dernièrement vu attribué d’excellentes critiques pour son album gratuit sorti par surprise sur iTunes fin mai. Ce n’est malheureusement aucun des titres de cet album que nous aurons l’occasion d’entendre ce soir là. Au contraire, Chance interprète la quasi-totalité de sa mixtape Acid Rap parue en 2013. Cela n’empêche en rien l’artiste de se donner sur scène et d’offrir des prestations de qualité auxquelles le public accroche.

Drake et son concept-tour JUNGLE ferme en beauté la cérémonie

C’est aux alentours de 20:30 que le DJ chargé de meubler les changements de scènes s’arrête de passer des titres. Laissant ainsi carte blanche à Drake pendant une heure et demie. Les lumière s’éteignent et l’écran géant diffuse des images du court métrage JUNGLE paru en février dernier pour ensuite laisser apparaître son titre seul, en lettres capitales rouge sur un fond noir. Le rappeur de Toronto entre alors en scène sur « Legend », le premier track de sa mixtape If You’re Reading This It’s Too Late, lent et décontracté, c’est « Trophies » qui retentit par la suite et déclenche un élan d’hystérie dans le Finsbury Park. Flames, fumée et feux d’artifices : Drake est bien là, son amour pour la pyrotechnie en témoigne.  Sur « Preach » les écrans se mettent sur le côté de la scène pour dévoiler une jungle luxuriante, lianes, palmiers, grosses feuilles : tout y est, on croirait presque que ce sont des vraies plantes. Du haut de la fausse colline, Drake déboule en doudoune orange fluo pour venir s’accroupir devant les 30 000 personnes présentes ce soir là et entamer « Blessings« .   Drake wireless 10th birthday party

Un feu de bois s’allume au milieu de la végétation et fait place à une ambiance tamisée propice à l’interprétation des classiques « Take Care » et « Hold On, We’re Going Home ». Après ce passage calme et reposant, Drake reprend son dynamisme en rappant les quelques verses de 0 to 100. C’est sur « HYFR » ( Hell Ya Fucking Right) que le public est en symbiose avec l’artiste en reprenant en coeur le refrain habituellement interprété par Lil Wayne.

La nuit tombée, c’est « Know Yourself« , titre ultime du dernier EP du rappeur qui est interprété. La fameuse sentence « Running through the 6 with my woes » est chantée par l’intégralité des personnes présentes ce soir là. Impressionné par l’énergie que dégage le public, Drake avoue avoir un faible pour Londres et dévoile même vouloir y implanter son OVO Fest l’année prochaine. Une affirmation pas si anodine puisque le festival en question dont il est le fondateur a des difficultés à évoluer à Toronto, sa ville d’origine.

« Legend » est encore une fois chanté, cette fois ci dans son intégralité et sous des dizaines de tirs de feux d’artifices aussi bien sur la scène qu’au dessus de celle ci. Dans la fumée, Drizzy nous fait ses adieux avec quelques bribes de 100, morceau tout dernièrement sorti en collaboration avec The Game.

Il est seulement 22h que la fête géante est déjà terminée. Couvre-feu londonien oblige. On sort donc du Finsbury Park avec émerveillement mais en se demandant ou étaient ces fameux special guests tant vendus ? Une journée mémorable mais qui ne répond peut-être pas aux attentes des spectateurs présents ce soir la…

Drake wireless 10th birthday party

Written by

Rédacteur en chef et photographe pour enjoytheshow.net.

Rechercher