Now Reading:

Résumé du We Love Green 2017

Résumé du We Love Green 2017

Deuxième édition au Bois de Vincennes pour le festival parisien.

Après un volet 2016 entaché par une météo capricieuse et quelques modifications dans la programmation, les festivaliers du We Love Green en attendaient beaucoup de cette nouvelle édition au Bois de Vincennes. La programmation de l’événement était encore une fois saluable cette année. L’affiche réunissait Solange, Justice, Action Bronson, Damso, Anderson .PaakJon Hopkins ou encore Perfume Genius et Nicolas Jaar.

À ces actes artistiques s’ajoutaient une multitude de conférences et discours mettant l’écologie en avant et de nombreux stands de restauration eco-friendly ayant pour contrainte de se fournir en circuit court.

Pour le premier jour de festivités, le samedi 10 juin, les organisateurs ont vu juste: un grand soleil illumine le site encore vert. Des brumisateurs géants donnent l’opportunité aux festivaliers de se rafraîchir entre deux concerts. Ces derniers s’enchaînent dès 14H30. Mais à partir de 19H la Plaine de la Belle Étoile se remplit pour le tout premier concert de la saison de Damso. Le rappeur belge réussit à réunir plus de spectateurs que Benjamin Clémentine, alors en concert sur la scène principale. Sa simplicité et son aise séduisent les festivaliers qui reprennent en coeur son nouvel hymne dévoilé sur son nouvel album Ispeité : « Macarena » .

La journée est marquée par la venue exceptionnelle en France de la petite soeur de Beyoncé : Solange Knowles. L’artiste s’autorise 15 minutes de retard et arrive vêtue en rouge de la tête aux pieds sur « Rise » .  Accompagnée de musiciens et de deux backeuses avec qui la chanteuse délivre des chorégraphies cadencées, elle dévoile ses valeurs et talents devant un public de fans conquis. Si l’on pouvait s’imaginer que pour se démarquer de sa soeur, Solange s’autoriserait à quelques improvisations et imprévus, il n’en sera malheureusement pas le cas.

Pour clôturer la journée, c’est le groupe électro-house français Justice qui se charge de faire vibrer la scène principale. La mission est réussie pour le duo qui révèle une performance époustouflante pour sa toute première date en festival français depuis… 2014 ! Les frenchies sont à l’affiche de nombreux festivals cet été : Les Vieilles Charrues, Musilac, Dour, Le Cabaret Vert

Si de nombreux festivaliers s’étaient plaints que Justice ne valait pas le collectif de rap américain A Tribe Called Quest (ayant annulé sa venue au festival deux semaines avant l’événement), c’est pourtant une foule  dense qui s’est avérée réactive au set du duo de DJ.

Le lendemain, le soleil est une nouvelle fois au rendez-vous et la performance de Perfume Genius vient marquer le début de journée. Puissante et déstabilisante, l’américain hypnotise les spectateurs venus l’écouter sous la grande tente qui recouvre la scène de la Clairière.

À 19H30, place à un genre différent avec Action Bronson qui réveille les festivaliers n’assumant pas encore la soirée de la veille. Explosif, le rappeur donne un concert rempli d’énergie sans dire un mot sur son nouveau single « Let Me Breath » qui sortira le lendemain. Le chef cuisinier se satisfait de l’accueil qui lui est réservé et tweete « Holy fuck that was one of the greatest performances of my career Paris. The Love you give is unmatched » à la sortie de son show.

La vibe hip-hop s’ensuit avec un Anderson .Paak ravi qui débarque sur la scène de la Prairie. Le californien délivre ce jour là sa troisième performance du mois à Paris ! Plus tôt dans la semaine, il assurait les premières parties des concerts de Bruno Mars à l’AccorHotels Arena. Son groove et sa bonne humeur s’associent parfaitement à un soleil couchant et mettent les festivaliers en haleine pour la suite.

Vient donc le tour de Nicolas Jaar de se produire à La Clairière. Il arrive après une demie heure d’introduction pendant lesquelles les festivaliers sont plongés dans une épaisse fumée sombre traversées par des ondes sonores techno. Son set électrise le public qui se tasse sous la tente dans une atmosphère presque étouffante.

Moderat endosse la dure mission de clôturer cette sixième édition du We Love Green. Après un Jaar qui a clairement fait voyager les festivaliers dans une autre dimension, le concert des berlinois ne réussit pas à faire mieux et le concert manque de force et d’affirmation. En témoigne le site qui se vide progressivement.

Les 58 000 spectateurs réunis sur ces deux jours ont ainsi pu profiter d’un festival qui a désormais pris ses marques dans un environnement qui lui était nouveau l’année passée. Un élément d’autant plus appréciable par son association à une programmation musicale originale et unique en France. Une chose est sûre, pour l’année prochaine, We Love Art et Sony Music France (s’étant associé à la production en janvier dernier) préparent une édition qui marquera les esprits.

Retrouvez plus de photos du festival We Love Green 2017 dans la galerie photo dédiée.

Written by

Rédacteur en chef et photographe pour enjoytheshow.net.

Rechercher