Now Reading:

Travi$ Scott s’improvise au Zénith

Irréel par son imprévisible annonce et incroyable pour son ambiance, résumé du retour en force de Travi$ Scott à la Villette.

Paris, Travi$ Scott connait bien. Fervent amateur de la Fashion Week, le rappeur apprcié la ville, ses événements et ses fans français. La première fois qu’il y met les pieds, c’est en juillet 2013 en total incognito, il en profite pour assister au concert de Frank Ocean au Zénith. Mais sa première venue remarquable sera celle de 2015. Le 8 juillet, il se produit au Cabaret Sauvage dans le cadre du Rodeo Tour. La date fait du bruit et affiche alors complet.

Depuis, l’artiste est revenu de nombreuses fois à Paris, que ce soit pour s’inviter au concert de The Weeknd en début d’année ou pour de multiples showcases, dont un au YOYO, début 2016. Ce nouveau concert à la Villette annoncé seulement deux semaines en avance était donc riche en symboles d’autant plus qu’il ouvrait la tournée européenne Birds Eye View. Organisé dans une telle précipitation que le rappeur oublie son passeport avant de prendre son avion pour Paris. Arrivé bien trop tard dans la capitale, le concert affichant évidemment complet est décalé au lendemain.

Bondée, la salle est chauffée par un invité de renom : Virgil Abloh, collaborateur de longue date de Kanye West. Le set hip-hop fait trembler les murs de la salle qui retiennent une épaisse vapeur donnant le ton à la soirée.

Il faut attendre 21:20 pour que Scott arrive avec « The Ends » , premier morceau de son dernier album Birds in the Trap Sing McKnight. Habillé de la tête aux pieds en Louis Vuitton, le rappeur se montre plutôt statique mais très rapidement l’ambiance s’échauffe. « Oh My Dis Side » s’ensuit et ça y est, Travis s’avance sur son long proscenium dominé par un écran vertical.

Le rappeur retire son bonnet et sa veste pour partager quelques mots. Il s’exclame « who said Travis Scott could not sell-out the fucking Zenith ?! » et balance « Mamacita » , un classique de ses débuts. La foule perd toute dignité et s’écrase sur chaque beat-drop. Les bouteilles d’eau volent, certains fans escaladent les barrières des gradins, la salle est transformée.

Le rappeur rend cette générosité en invitant sur scène une série de spectateurs volontaires pour s’essayer au crowd surfing. Extirpé de la fosse par Travis lui même qui vient le tirer par les cheveux (!), le premier vole alors que l’instru de « Butterfly Effect » retentit. Le titre, sorti le mois dernier est l’un des rares à être interprété dans son intégralité ce soir.

Entre les classiques « Upper Echelon » , « Skyfall » et « 90210 » on se surprend à entendre une interprétation d’ « Uber Everywhere » , un morceau uniquement disponible sur le SoundCloud du texan. Son dernier album n’en finit pas d’être revisité, « Outside » , « Coordinate » , « Through the Late Night » s’enchainent à un rythme effréné. Si l’on pouvait s’attendre à ce que des invités viennent pimenter la soirée, ce ne sera malheureusement pas le cas. On notera néanmoins la brève apparition de James Harden, basketteur des Houston Rackets et acteur dans le clip de « Way Back » qui viendra saluer Travi$ en début de concert.

Trav descend de scène pendant « 3500 » pour s’approcher des premiers rangs et laisser un spectateur interpréter le refrain du hit. L’indémodable « Antidote » resté 25 semaines dans le Billboard Top 100 en 2015 s’entame dans le chaos le plus total. La salle est bondée, la sécurité dépassée, les spectateurs euphoriques.

Essouflé, l’artiste marque un temps de pause et s’approche de son vigile qui lui retire ses bijoux. La fin du concert est imminente et l’on devine aisément que le rappeur a pour intention de marquer le coup de grâce en sautant dans la foule. Celle ci scande en demandant l’interprétation tant attendue de « Goosebumps » , le titre le plus notable de Birds in the Trap Sing McKnight interprété à 14 reprises lors d’un concert à Oklahoma City en mai dernier. La piste est accueillie largement acclamée.

Si son annonce tardive pouvait laissait imaginer que le concert de Travi$ Scott à Paris serait bâclé et insignifiant, ce fut le contraire ! Certes, le rappeur est resté sur scène pendant une heure mais a exposé son art et donné au public parisien une énergie incroyable. La scénographie de l’événement l’a rendu totalement exclusif, l’artiste a le mérite d’avoir proposé un show spécialement conçu pour le continent européen.

Travis accompagnera Kendrick Lamar sur sa tournée nord-américaine pendant tout l’été. Si celle-ci est prolongée, ce sera peut-être l’occasion pour l’enfant prodige de Houston de revenir en Europe.

Retrouvez plus de photos du concert de Travi$ Scott au Zénith de Paris la Villette dans la galerie photo dédiée.

Written by

Rédacteur en chef et photographe pour enjoytheshow.net.

Rechercher