Now Reading:

Première édition réussie pour The Beat Urban Music Festival !

Article rédigé par Mehdi Desmartins.

The Beat Urban Music Festival recevait pour sa première édition les artistes les plus en vue du hip-hop de la nouvelle génération.

Premier festival indoor de musique urbaine en Suisse Romande The Beat s’est tenu à l’Arena de Genève ce samedi 28 janvier et se positionne comme l’événement hip-hop majeur de ce début d’année pour la Suisse Romande et la région Rhône-Alpes avec à l’affiche MHD, Vald, Big Flo & Oli, SCH et les Rae Sremmurd.

Des Genevois en première partie

Il est 18H00, le public a tout juste eu le temps de rentrer dans la salle qu’ils mettent déjà le feu sur scène. La première partie est assuré par les locaux Makala, Di-Meh et Slimka. Le nouveau souffle du rap helvétique enivre la salle déjà bien chauffée. Les morceaux s’enchaînent, le crew investit toute la scène, prend des photos, danse dans un freestyle total et c’est finalement ce qui rend la prestation unique.

© Alexandre Chac

Moment de latence, la tension monte dans le public surexcité aux premières notes de « Rotchild » le titre phare de Di-Meh. D’un geste il ouvre un cercle au milieu de la foule, descend de scène, provoque un larsen en posant le micro sur le retour son et prend un bain de foule : c’est l’extase. Les gars remontent sur scène, Makala regarde la foule avant de lancer un « Vous êtes trop beaux » et balance un titre exclusif. Le public est très réceptif au crew qui ambiance la foule et on sent qu’ils jouent chez eux ce soir. Avant de partir, Slimka lance « On va mener la ville super loin ».

Vald salué par le public

Il est 19H00 quand Vald arrive sur scène en courant. Valentin Le Du (de son vrai nom) joue ce soir quelques jours seulement après la sortie de son premier album studio Agartha. Le rappeur raconte qu’il a croisé un mec dans les loges puis rebondit sur « C’est-à-dire que le mec arrivait et tout le monde lui disait bonjour et lui vous savez ce qu’il a fait ? » le morceau commence sous l’ovation du public qui reprend « Il a pas dit bonjour ! » .

© Nicolas Fritz

Vald attaque avec le titre qui l’a fait percer et ça fonctionne le public est réactif et connait les paroles par coeur ce qui ne sera pas le cas du rappeur par la suite. En effet il enchaîne avec « Urbanisme » mais il est pris d’un trou de mémoire et s’arrête au beau milieu de la chanson « j’en ai plein le cul des anciens projets » . Transition prévue ou non, Vald lance alors une exclusivité tirée d’Agartha « c’est le moment de se rapprocher de la meuf que t’as dans le viseur » ce soir il inaugure « Je t’aime » . Il conclut par un rot dans le micro de son backeur rétorquant « c’est ça l’amour » . L’artiste enchaine ensuite avec « Kid Cudi » dont il précise la toute récente sortie du clip. Un morceau plus latent où le rappeur témoigne de sa dépression, mais le public réagit peu et le rappeur déclare même à la fin du morceau sur un ton à moitié blagueur « Je vois très bien que le premier rang il est venu voir quelqu’un d’autre » .

© Nicolas Fritz

Le rappeur enchaine avec « Écailles » et les paroles iconiques « Tu fumes de la weed mais c’est pas des légumes » largement reprises par le public au dessus duquel un épais nuage de fumée plane étrangement. Finalement, il conclut avec son titre phare « Selfie » avant lequel il lance un appel  « Que toutes celles qui veulent envoyer leur soutien gorge les envoient ! ».

Les terribles Rae Sremmurd mettent le feu à la salle

Avec la sortie de leur second opus Sremmlife II le duo des frères Brown a fait très fort récemment avec leur titre « Black Beatles » devenu l’emblème du mannequin challenge.

C’est le point d’orgue de la soirée : il est 23H quand le backeur lance « Start a Party » , le turn-up commence directement avec l’arrivée des deux originaires du Missisipi sur scène. Swae Lee arrive avec un ananas à la main qu’il explose sur le devant de la scène giclant ainsi sur le public. Le duo terrible enchaîne avec « No Flex Zone » , le second single de leur premier album.  Le public reçoit les Rae Sremmurd dignement et multiplie les mouvements de foule : c’est clairement le groupe qui s’est fait attendre toute la soirée.

© Alexandre Chac

En concert plus tôt dans la semaine à Paris au Cabaret Sauvage, les Rae ne semblent pas fatigués de leur tournée européenne, au contraire, Swae Lee enlève ses vêtements au fur et à mesure que les morceaux s’enchaînent jusqu’à finir torse-nu dégoulinant de sueur. Il exerce alors quelques mouvements subjectifs provoquant l’émoi des premiers rangs. La température monte encore d’un cran avec « Throw Sum Mo » dont les paroles sont reprises par les spectateurs pendant que les deux frères font mousser le champagne et balancent leurs serviettes, vêtements et bouteilles d’eau dans la fosse.

© Alexandre Chac

Swae Lee prend un selfie avec un portable jeté pendant « Blasé » , ce sont ensuite tous les téléphones du premier rang qui volent sur scène. Petit incident d’un spectateur dont le téléphone est rendu à la mauvaise personne, il le signale à Swae qui interrompt sa prestation, récupère le mobile et lui remet avec un regard plein de haine : « Now you got your shit » . Le duo finalise son show sur les titres « No Type » et « Black Beatles » achevant ainsi leur performance en mettant le feu à la salle.  Une prestation très appréciée du duo qui se révèle organisé et complémentaire : pendant que l’un assure le show l’autre maintient l’ambiance en exécutant des chorégraphies décalées et en multipliant les interactions avec le public.

Bilan très positif donc pour cette première édition de The Beat avec des grosses têtes d’affiches qui assurent le spectacle toute la soirée. Les performances sont cadencées à la minute près et on attend avec impatience une prochaine édition plus longue encore.

© Alexandre Chac

Retrouvez plus de photos de The Beat Urban Music Festival sur la page Facebook de l’événement.

Photos :
Nicolas Fritz Site web / Instagram
Alexandre ChacInstagram

——

Written by

Rédacteur pour enjoytheshow.net.

Rechercher