Now Reading:

Retours sur le Hellfest Open Air Festival 2017

Retours sur le Hellfest Open Air Festival 2017

Clisson accueillait pour la douzième fois consécutive les festivaliers du monde entier pour le mythique Hellfest.

Le festival bat son record d’entrée, sur quatre jours il a su accueillir 220 000 personnes, car même si les festivités ne commençaient que le vendredi 16 juin, il était possible d’accéder au site dès le jeudi 15. Ce qui rendait l’accès plus simple pour les campeurs et les fans voulant acheter des billets à tarif préférenciel pour l’édition 2018.

Ces trois jours de métal ont réuni Aerosmith, Deep Purple, Airbourne, Trust ou encore Linkin Park et Prophets of Rage.

Vendredi 16 juin 2017

Le soleil est à son zénith et accompagne les festivaliers pour le premier jour. Le groupe Avatar met une bonne ambiance lors de leur performance sur la MainStage 1. Mais le public attend réellement la grande tête d’affiche de la journée, Deep Purple, jouant sur la même scène environ une heure après. Le groupe anglais a conquiert le coeur des français une nouvelle fois, car même avec près de 50 ans de carrière à leur actif, les riff de “Smoke On The Water” mettent le public d’accord.

S’ensuit le concert de Sabaton, groupe suédois très apprécié au Hellfest. Ils montrent en retour cet amour pour la France en jouant leurs titres marqués par des sonorités guerrières et des paroles rappelant les conflits qui ont marqué l’histoire. La nuit est tombée, mais cela n’empêche pas la température de grimper lorsque le groupe Rob Zombie, fait son entrée sur la scène principale. Habitué du Hellfest, ils assurent le show pour finir avec leur titre phare “Dragula”

Samedi 17 juin 2017

La ville de Clisson s’est réchauffée et affiche 30°C en pleine après-midi. Les files pour aller remplir les bouteilles d’eau s’allongent et c’est sous cette chaleur de plomb que le groupe Steel Panther commence son set. Les interprètes de “Gloryhole” entretiennent une réelle relation avec le public, surtout féminin. Lorsque Michael Starr, chanteur et guitariste de la bande, appelle ses fans à venir se trémousser sur scène, c’est une cinquantaine de jeunes femmes qui se retrouvent à leurs côtés.

Dee Snider, du groupe Twisted Sister, arrive sur la MainStage 2 lorsque la formation précédente termine son show, en faisant un hommage à Chris Cornell, chanteur et guitariste du groupe Soundgarden, décédé le 17 mai dernier.

Le seul, mais pas des moindres, groupe français jouant sur l’une des scènes principales, c’est Trust, des légendes du rock français. Le leader, Bernie Bonvoisin, lance “Pour ce qui suit… nous avons besoin de vos poumons. Nous avons besoin de vous entendre fort et quand je dis fort, c’est très fort…”, c’est alors que les premières notes de leur hymne “Antisocial” se font entendre.

Trust cède sa place au groupe Airbourne, où l’australien Joel O’Keeffe assure un show digne de grandes star du hardrock. Pendant qu’il fait résonner ses riffs de guitares tout en haut de la structure de la scène, des circle pit et wall of death ont lieu dans la foule, réceptive aux morceaux joués par le groupe. S’enchaine d’Aerosmith, qui quelques semaines auparavant annonçait que leur tournée ne serait finalement pas la dernière. Familier du Hellfest, la voix de Steven Tyler, âgé de 69 ans fait écho sur le site, grâce aux morceaux “Dream On” ou encore “Walk this Way” en featuring avec Run DMC, groupe américain de rap hardcore des années 80.

Dimanche 18 juin

La chaleur est à son apothéose et le Hellfest assume 32,5 degrés pour ce troisième et dernier jour de concerts où l’ombre devient une ressource rare, les rayons se diminuent leur insensité pour laisser place au groupe Prophets of Rage et leur première tournée européenne, très attendue pour cette édition 2017.

Pelouse pleine, les festivaliers accueillent chaleureusement les membres de Rage Against The Machine, Cypress Hill et Public Enemy. Son répertoire réduit, B-Real (rappeur de Cypress Hill) demande si le public apprécie le hip-hop, une partie majoritaire se réjouit mais certains métalleux se retruvent dans le flou. Morceau phare de Cypress Hill, “Insane in the Brain” est repris par les spectateurs, ainsi que “Jump Around” où tout le monde se baissent puis saute, laissant place à un amas de poussière. Ils terminent le set avec “Killing in the Name” , moment très impressionnant où le public, de tout âge, est en symbiose, chantant les paroles de ce morceau de 1992.

Prophets of Rage

Le festival se clôture par Linkin Park, accueilli difficilement. Hué par le public qui ne qualifiait pas la musique du groupe comme métal ou rock, lorsque les sonorités électro se font entendre. Faisant pourtant parti des têtes d’affiches, les interprètes de “Burn it Down” n’ont pas apprécié la réaction d’une partie des spectateurs, laissant des messages sur les réseaux sociaux. Mais ils finiront par souligner que les fans français restent géniaux.

Les festivaliers réunis pour cette douzième édition ont su profiter du soleil, des très bons groupes présents et malheureusement de la poussière, récurrente lors des mouvements de foule, gâchant parfois la visibilité. Cette édition restera dans la mémoire des métalleux, en attendant d’avoir la programmation de l’année prochaine. Les dates sont déjà fixées ! Rendez vous les 22, 23 et 24 juin 2018.

Retrouvez plus de photos du festival dans la galerie photos dédiée.

Written by

Rédactrice et photographe pour enjoytheshow.net.

Rechercher