Now Reading:

Drake offre à Paris trois concerts démentiels

Drake offre à Paris trois concerts démentiels

Près de trois ans après son double Bercy, Drake est revenu dans la capitale française pour y présenter son The Boy Meets World Tour.

Après avoir clôturé le Summer Sixteen Tour effectué aux États-Unis à l’automne dernier avec le rappeur Future, Drake a annoncé son grand retour sur les scènes des salles européennes. Si l’intitulé de la tournée a changé et que Future a été remplacé par Young Thug, DVSN et Popcaan, la scénographie et le motif des performances sont les mêmes : présenter l’album Views dans un concert à la production démentielle mais cette fois ci, au monde.

On en attendait beaucoup de Drake donc pour ces dates à Bercy car trois ans auparavant il n’avait pas déçu en ramenant notamment Rihanna, The Weeknd et Jhene Aiko sur scène avec lui, lors de sa seconde date au Palais Omnisports. Idem pour sa tournée des festivals à l’été 2015 ou il avait fait escale à Londres à l’occasion du Wireless Festival et de l’anniversaire de sa décennie.

L’arrivée du rappeur sur scène à 21h45 ne peut être qualifiée par un autre mot que triomphale. La mise en bouche est explosive : « Trophies » ouvre le show sur une pluie d’étincelles. La salle est déjà bouillante d’énergie et jubile lorsque « Started From the Bottom » retentit alors que Drake se dévêt pour finir en débardeur. Il salue par la suite la salle dans laquelle il précise que sa mère assiste au concert et balance « Headlines » .

La température ne cesse de monter, « HYFR » s’enchaîne pendant que la scène se transforme et voit s’élever des estrades autour desquelles de longues flammes rouges sont soufflées. Le rappeur profite d’un temps mort après « 0 to 100 » pour teaser son projet More Life qui sortira samedi 18 mars. Il ne présentera pas de nouveau morceau en exclusivité ce soir mais continuera sa performance avec « 9 » et « Still Here » , deux morceaux issus de Views , son dernier LP.

Les titres sont pour la plupart écourtés et interprétés rapidement, la prestation est donc ultra-dynamique et garde le public en haleine même si certains tracks mériteraient une interprétation plus profonde. C’est le cas pour « All Me » et « Successful » qui s’ensuivent. En contrepartie, on se satisfera des pas de danse esquissés par le rappeur sur « Feel No Ways » .

Drake prend alors la parole pour présenter ses musiciens et remercier longuement les spectateurs. L’ambiance retombe peu à peu et devient presque pompeuse. Mais l’artiste en rigole et se fait pardonner en exécutant « Successfull » puis s’échappe par une trappe. Il revient rapidement pour enfin présenter la seconde partie de la performance qui prend appui sur les nombreuses balles colorées suspendues au plafond de l’arena. Ces dernières s’effondrent sur la fosse pour « Hotline Bling » : l’effet est réussi. Plongée dans un rose pimpant, la salle reprend en coeur les paroles du single de l’été dernier.

Drake explore son répertoire pop en continuant avec « Hold On, We’re Going Home » et les balles prennent une teinte bleutée. C’est alors que l’artiste décide de se diriger vers sa seconde scène, en forme de rond, située au centre de la fosse. Il traverse ainsi la foule pour la rejoindre et porte un toast à ce concert événement dont la fin est encore lointaine. « Over » et « Jumpman » sont ensuite interprétés sous une déferlante d’effets pyrotechniques.

En revenant sur la scène principale, Drake convie ses fans à accueillir son special guest chaleureusement car celui-ci est venu spécialement de Londres ! C’est Giggs qui apparaît dans la fumée pour chanter « Whippin Excursion » , lead single du quatrième album du rappeur anglais Landlord. L’effet de surprise est au rendez-vous mais les spectateurs ne semblent pas particulièrement réceptifs au flow de l’invité. Drake promet qu’il réserve d’autres surprises pour la suite et exécute « Work » … Ce n’est pas Rihanna qui le rejoint mais plusieurs danseuses qui restent pour le titre suivant : « Take Care » .

L’ambiance explosive du début de concert contraste avec l’atmosphère désormais bien plus chaleureuse et langoureuse que le rappeur continue de creuser avec « Too Good » . Mais l’arrivée de Nicki Minaj va changer la donne et remplir la promesse que Drake a fait à son public quelques minutes auparavant. La diva vêtue d’un k-way étincelant est délaissée par son confrère pour chanter « Only » , « Moment 4 Life » et pour la toute première fois en live : « No Frauds » , son nouveau single dévoilé la veille. Drake revient sur scène pour enlacer la chanteuse et la saluer.

« One Dance » et « Controlla » sont passés en revue avant que le canadien retourne sur sa b-stage sur laquelle un gigantesque globe gonflable a pris place. Autour de la structure, Drake court et rape « Pop Style » , « Know Yourself » et « Energy » . La fin du concert approche… Il est 23h30 et des gens commencent déjà à quitter la salle. Le globe se colore de flammes orangées et « Legend » précédé de « Fake Love » vient clôturer le show.

Le Boy Meets World Tour est très certainement l’une des tournées les plus incroyable de cette année 2017. Malgré la grandeur presque intimidante de sa production, Drake réussit à interagir avec ses fans et se révèle parfois (un peu trop) bavard. Fan du Drake des années 2000 ou fan du Drake de 2017, chaque admirateur trouve son bonheur dans un concert aux multiples facettes. Trois dates dont les murs de l’AccorHotels Arena se souviendront.

Retrouvez plus de photos du concert de Drake à l’AccorHotels Arena dans la galerie photos dédiée.

Written by

Rédacteur en chef et photographe pour enjoytheshow.net.

Rechercher